Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 14:18

Peu de gens en dehors des collectionneurs et des historiens le savent, mais le couteau dit "suisse" est en réalité un outil créé pour les militaires.

En 1889 l'armée suisse adopte un nouveau fusil, son démontage demande l'utilisation d'un tourne-vis, un fort poinçon était aussi nécessaire au soldat pour réparer l'équipement en cuir courant chez les militaires à cette époque, et enfin un ouvre-boite était nécessaire pour ouvrir les conserves apparut vers 1810.. D'où l'idée de fournir à chaque soldat un couteau multi-outils.

L'armée suisse se tourne d'abord vers des fabriquants allemand de Solingen puis en 1891 Karl Elsener et son association de 25 couteliers suisses gagnent le contrat militaire, c'est la naissance du couteau suisse. Après bien des déboires face à la concurrence allemande après s'être fait lacher par ses 25 partenaires et avoir frolé la banqueroute Karl Elsener crée le couteau d'officier qui a rapidement un vif succès auprès des officiers de l'armée suisse, c'est le modèle à l'origine de la gamme encore produite aujourd'hui par Victorinox.

En 1909 le gouvernement autorise Karl Elsener à appliquer la croix suisse sur tous ces couteaux. Il n'y aura désormais plus que deux fournisseurs de couteaux pour l'armée Karl Elsener qui deviendra Victorinox et Paul Boechat & Cie qui deviendra Wenger S.A.

 

Voici une série de couteaux de ma collection.

DSC03153.jpg

Deux modèles 1908 un Elsener et Wenger 4 outils en acier classique, lame, poinçon, ouvre boite, tourne-vis leur design est très proche du modèle original de 1891 sauf qu'ils sont équipées de poignées en fibre synthétique au lieux d'une poignée en bois.


3_saks.jpg

 

Trois modèles alox, le plus connu des couteaux suisse adopté par l'armée en 1961.

Toujours 4 outils en acier inox, une lame, poinçon, un combiné tourne-vis décapsuleur et un combiné ouvre-boite petit tournevis. Beaucoup plus léger que sont prédécesseur il est équipé d'une poignée en alliage d'alluminium quasiment inusable. Les premiers modèles avaient une poignée anodisé rouge puis cette couleur fut abandonné pour une poignée couleur alu plus classique.

Le premier est un Victorinox(Elsener) de 92 le second un Wenger de 99 et le troisième également un Victorinox de 1963 la lame est bien usée mais il a les anciennes plaquettes rouge et le tampon d'aprobation de l'armée suisse bien visible.

 

 

 

En 2008 l'armée suisse adopte officièlement un nouveau modèle Il n'est fabriqué que par Victorinox, la firme Wenger ayant été racheté par son concurent. 6 outils en acier inox polis brillant, Une lame partiellement dentelée, l'oeil dans la lame permet une ouverture à une main elle se vérouille en position ouverte. Un outil combiné tourne-vis décapsuleur qui se vérouille également en position ouverte pour plus de sureté. Un classique ouvre-boite combiné avec le petit tourne-vis. Une scie à bois performante. Sur le dos du couteau on peut trouver le poinçon et un tourne-vis cruciforme. Les poignée sont en matière plastique anti dérapante et portent comme les anciens modèles l'emblème de la confédération helvétique. Victorinox fabrique un modèle quasi identique mais avec un traitement de surface noir pour toute les parties métalliques, sans doutes designé pour une utilisation militaire, mais j'ignore si une armée dans le monde l'utilise.

DSC03163.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ben 16/10/2015 17:44

Merci pour cet article .

Présentation

  • : Pointu et tranchant
  • Pointu et tranchant
  • : Blog d'un collectionneur de couteaux
  • Contact

Profil

  • Cadnium
  • Collectionneur de couteaux militaires, pliants modernes, pince outils et autres couteaux industriels.
  • Collectionneur de couteaux militaires, pliants modernes, pince outils et autres couteaux industriels.

Texte Libre

Texte Libre